Un ami de Chesterton honoré par l’Irlande

Nous sommes très heureux d’annoncer que Pierre Joannon, écrivain et grand spécialiste de l’Irlande, vient une nouvelle fois d’être honoré par ce magnifique pays qu’est l’Irlande.
Selon un communiqué disponible sur le site de l’Ambassade d’Irlande en France :

L’Ambassade est heureuse d’annoncer que M. Pierre Joannon, Consul Général Honoraire d’Irlande pour le sud de la France a été choisi comme l’un des premiers récipiendaires du nouveau Prix « Presidential Distinguished Service Award for the Irish Abroad » (Prix accordé par le Président de l’Irlande pour services rendus par les Irlandais à l’étranger).
M. Eamon Gilmore, TD, Tánaiste (Vice-Premier Ministre) et Ministre des Affaires étrangères et du Commerce, a rendu public la liste des récipiendaires le 5 septembre dernier. Le Prix souligne le travail important et remarquable réalisé en faveur de l’Irlande, des communautés irlandaises à l’étranger ou de la réputation internationale de l’Irlande.

M. Joannon est un spécialiste de l’histoire irlandaise à propos de laquelle il a écrit de nombreux livres et articles. Il est l’auteur des seules biographies en français de Michael Collins et John Hume. Fondateur de l’Ireland Fund de France, il est Consul Général Honoraire d’Irlande pour le sud de la France depuis 1973.

Pierre Joannon est aujourd’hui le meilleur spécialiste français de l’Irlande, celle d’hier comme celle d’aujourd’hui. Consul général de la République d’Irlande pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, dont il est originaire et où il réside, il a fondé la revue Études irlandaises. En 1997, sur proposition du Premier ministre la nationalité irlandaise lui a été accordée pour « services rendus à la nation ». Il a consacré toute son existence à cette belle terre d’Irlande. À côté de nombreux titres et de responsabilités, son œuvre en témoigne dont voici un aperçu :

Histoire de l’Irlande, éditions Plon, Paris, 1973.

L’Irlande que j’aime (avec des photographies d’Erwan Quéméré et une préface de Michel Déon), éditions Sun, 1978.

Le Rêve irlandais : thèmes et figures du nationalisme irlandais, éditions Artus, 1988.

L’Irlande ou Les musiques de l’âme (sous la direction de Pierre Joannon, assisté de Hervé Glot), éditions Artus, 1989 ; réédition : éditions Ouest-France, Rennes, 1995.

L’Hiver du connétable : Charles de Gaulle et l’Irlande, éditions Artus, 1991.

Dublin, 1904-1924 : Réveil culturel, révolte sociale, révolution politique : un patriotisme déchiré, éditions Autrement, série « Mémoires » no 6, 1991.

Antibes, l’Eden retrouvé : Anthologie (édition établie par Pierre Joannon), La Table ronde, coll. « La Petite Vermillon », 1991.

La Riviera de Maupassant, éditions Demaistre, coll. « Guides d’Azur », 1997.

Michael Collins : une biographie, La Table ronde, Paris, 1997 ; réédition : La Table ronde, coll. « La Petite Vermillon », 2008.

La descente des Français en Irlande, 1798 : journaux des généraux Sarrazin et Fontaine et du capitaine Jobit, lettres du général Humbert et rapport de lord Cornwallis (édition établie et annotée par Pierre Joannon), éditions La Vouivre, coll. « Du Directoire à l’Empire » no 12, 1998.

Irlande, terre des Celtes (avec des photographies de Seamas Daly), éditions Ouest-France, coll. « Tourisme-Itiner », 1999.

John Hume, éditions Beauchesne, coll. « Politiques & chrétiens » no 15, 2000.

Histoire de l’Irlande et des Irlandais, Librairie académique Perrin, 2005.

Irlande, Gallimard, coll. « Encyclopédies du voyage », 2006.

Un poète dans la tourmente, Terre De Brume, Rennes, 2010.

Ajoutons que Pierre Joannon est aussi un lecteur de Chesterton, qui n’est certes pas Irlandais à l’inverse de son fraternel adversaire, G.B. Shaw, mais qu’il aima lui aussi l’Irlande, au point de lui consacrer un ouvrage après une courte visite en 1918 : Irish Impressions.

L’Association des Amis de Chesterton est heureuse de féliciter Pierre Joannon, qui à plusieurs reprises a manifesté son intérêt pour G.K. Chesterton, pour ce nouveau prix qui couronne une fois encore un travail inlassable en faveur d’une meilleure connaissance de l’Irlande.

Que l’on nous permette de terminer par une citation de Chesterton, extraite de son William Blake :

Nous ne savons pas ce qu’est l’Irlande; et nous ne le saurons jamais tant que l’Irlande ne sera pas libre, comme n’importe quelle nation chrétienne, de créer ses institutions.

Mais grâce à Pierre Joannon nous savons, nous Français, un peu de ce qu’est l’Irlande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *