Chesterton dans la presse de son époque, l’exemple de la Revue Anglo-Américaine

G.K. Chesterton est un écrivain qui s’est finalement inscrit dans le temps et la durée. Ce n’était pas si évident au point de départ, quand on prend conscience que nombre de ses livres (pas tous, cependant) sont nés des circonstances. C’est notamment le cas d’Hérétiques et d’Orthodoxie, les deux essais qui ont certainement rendu leur auteur célèbre à travers le monde. Mais n’est-ce pas justement le signe d’un grand écrivain, pour ne pas dire d’un véritable classique, d’arriver à dépasser l’aspect factuel pour offrir un livre qui contient un aspect vraiment universel ?

Né des circonstances aussi, les histoires du Father Brown forment aujourd’hui certainement la partie la plus connue et la plus populaire de l’œuvre si variée de Chesterton. Comment furent-elles reçues à l’époque ? Pour en donner une petite idée, forcément circonscrite à la revue et à l’auteur de l’article, nous publions ci-après (et, en plusieurs parties) l’article de A. Debailleul consacré au volume The Incredulity of Father Brown, article publié dans La Revue Anglo-Américaine d’octobre 1927 (numéro 1, cinquième année), revue dirigée par L. Cazamian et C. Cestre, professeurs à la Sorbonne et éditée par les Presses Universitaires de France.

A suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *