Aphorisme (58)

L’Épicier disciple de l’Enfer
À une église de fer blanc
Où l’on prie tout haut avec ferveur
Pour la ruine des bons aubergistes ;
Mais maintenant le sable s’écoule
Du sac de sucre fin ;
L’Épicier tremble, car ses jours sont comptés
Comme ses poids, au plus juste

Chansons contre les épiciers 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *