Le distributisme : un livre pour le dire

Sous la direction de Richard Aleman, directeur de The Distributist Review et collaborateur régulier de Gilbert Magazine, l’American Chesterton Society, la grande association américaine qui œuvre pour faire connaître G.K. Chesterton, a fait paraître un livre collectif consacré au distributisme. Ce terme recouvre un courant politique et social, qui fut particulièrement illustré au XXe siècle par Chesterton et Hilaire Belloc en vue de faire naître une société qui ne repose pas sur les fondements modernes partagés aussi bien par le capitalisme libéral que le communisme marxiste.

Inspiré de la doctrine sociale de l’Église, le distributisme – qui préconise à la base une société fondée sur la famille et sur la diffusion large de la propriété privée – connaît actuellement un véritable regain d’intérêt, notamment aux États-Unis. Dans le livre dirigé par Richard Aleman, The Hound of Distributism,  a solution for Our Social and Economic Crisis, seize contributeurs (dont Philippe Maxence) réactualisent le distributisme de Chesterton et Belloc, démontrant que les vieux principes issus du corpus chrétien permettent de répondre aux défis contemporains. Deux textes de Chesterton complètent cet ensemble.

On trouvera donc dans ce livre les contributions de :

– Dale Ahlquist, président de l’Americain Chesterton Society;

– William E. Fahey, président du Thomas More College of Liberal arts;

– Russel Sparkes;

– Thomas Storck;

– Joseph Pearce, auteur notamment d’une biographie de Chesterton et d’un essai sur E.F. Schumacher;

– Peter Chojnowski;

– David W. Cooney;

– Mark et Louis Zwick;

– John Médaille;

– Phillip Blond, président de ResPublica;

– Philippe Maxence, président des Amis de Chesterton;

– Donald P. Goodman III;

– Bill Powell;

– Race Mathews;

– Ryan Grant;

– Richard Aleman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *