Aphorisme (153)

L’amélioration de la qualité de la publicité coïncide paradoxalement à la dégradation de l’idée que l’artiste se fait de son art. Et ce pour une bonne et simple raison : c’est que désormais l’artiste travaillera non seulement pour plaire aux riches, mais aussi et surtout pour accroître leurs richesses ; ce qui, convenons-en, n’a rien de très louable. Après tout, c’était en tant que simple particulier qu’un pape de la Renaissance prenait plaisir à contempler un dessin de Raphaël ou à caresser une statuette sculptée par Cellini. Le prince payait la statuette sans s’attendre à ce que celle-ci lui rapporte en retour.
Utopie des usuriers

 

Utopie des usuriers est un des livres politiques de Chesterton assez peu connu en France. Il a le mérite pourtant d’annoncer nombre de maux dont souffre notre société contemporaine. Ce passage est extrait du chapitre consacré à la publicité qui a lui seul mérite le détour. Utopie des usuriers a été traduit en français par Gérard Joulié et il est disponible aux éditions de L’Homme Nouveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *