Aphorisme chestertonien (249)

La philosophie stoïque et l’Église primitive débattaient de la femme comme si c’était une institution et, dans bien des cas, décidèrent de l’abolir. Aujourd’hui la production littéraire féminine débat de l’homme comme si c’était une institution et décide de l’abolir. On peut seulement suggérer timidement que ni l’homme ni la femme ne sont une institution, mais bien des choses tout à fait naturelles que l’on rencontre partout.
Le sel de la vie

1 réflexion sur « Aphorisme chestertonien (249) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *