La Croix, (aphorisme de Chesterton, 357)

GKC-grand

De même que nous avons pris le cercle pour symbole de la raison et de la folie, nous pouvons très bien prendre la croix comme symbole à la fois du mystère et de la santé. Le bouddhisme est centripète mais le christianisme est centrifuge : il jaillit au dehors. Car le cercle est parfait et infini de sa nature mais il est à jamais fixé dans ses dimensions, il ne peut jamais être plus grand ou plus petit. Mais la croix, bien qu’elle ait à son centre une collision et une contradiction, peut à jamais étendre ses bras sans modifier sa forme. Parce qu’elle a un paradoxe à son centre, elle peut croître sans changer. Le cercle revient sur lui-même et est lié. La croix ouvre ses bras aux quatre vents ; c’est un poteau indicateur pour les voyageurs libres.
Orthodoxie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *