Quand le monde moderne pompe le christianisme (aphorisme de Chesterton, 362)

The Thing

Le monde moderne – ainsi que les mouvements modernes – vit sur son capital catholique. Il puise et épuise les vérités qui sont encore présentes de par le monde dans le vieux trésor de la chrétienté ; y compris, bien entendu, les nombreuses vérités connues de l’Antiquité païenne et cristallisées dans la chrétienté.
La Chose, pourquoi je suis catholique
(disponible aux éditions Climats)

1 réflexion sur « Quand le monde moderne pompe le christianisme (aphorisme de Chesterton, 362) »

  1. Bonjour,
    En effet, la modernité procède un christianisme déraciné qui essaime des idées d’inspirations chrétiennes mais qui n’ont de chrétien que la forme, le fond ayant été défiguré et la source oubliée. Ainsi, l’idéologie mondialiste comme toutes idéologies internationalistes procèdent d’une imitation du christianisme dont elles reprennent l’universalisme Dieu en moins, Jésus-Christ en moins, la doctrine de la foi en moins. Tout cela remplacé par des considérations strictement terrestres : matérielles, sociales, économiques et politiques. Le surnaturel n’est plus que du paranormal dans un monde régi par un matérialisme pratique ou un rationalisme matérialiste. La modernité est une trahison: le premier des modernes, c’est Judas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *